J‘AI BESOIN D‘AIDE
Nous vous orientons vers un professionnel
En cas d‘urgence, composez le 17
Commencer
j'ai besoin d'aide
Cacher le site

Vous souhaitez utiliser le formulaire d’aide en ligne

Quel âge avez-vous ?

Nous vous recommandons de joindre :

- La Maison des Adolescents du Littoral Est au 03.91.18.15.80

Ou

- le Fil Santé Jeunes au 0800 235 236

J’ai compris

Les violences sexuelles

Imprimer la fiche

Les violences sexuelles sont encore insuffisamment reconnues et révélées par les personnes qui en sont victimes.

 

Ces violences doivent cependant être nommées sans honte.

 

Elles doivent être révélées auprès des professionnels qui vous accompagnent car ces derniers n’osent pas toujours poser cette question de la violence sexuelle.

 

Parlez-en à un professionnel avec lequel vous avez une relation de confiance, tel que votre médecin, votre avocat ou votre assistant.e social.e, etc.

 

Dans les violences sexuelles, il y a :

 

  • les agressions sexuelles,
  • les sévices sexuels,
  • le viol,
  • l’obligation de regarder des films pornographiques et d’avoir des pratiques sexuelles dégradantes,
  • les relations imposées avec un ou plusieurs partenaires,
  • l’obligation de se prostituer

 

Le viol au sein du couple est très peu pris en compte dans les dépôts de plainte pour violences conjugales bien que les femmes osent de plus en plus en parler et le dénoncer.

Il est parfois traité par des services de police spécialisés.

Cette violence aboutie très peu à des poursuites judiciaires alors que le viol est un crime qui est passible de 20 ans de prison.

Le viol au sein des couples a été reconnu depuis la loi du 9 juillet 2010  (article 222-22 du Code pénal) :

« Le viol et les autres agressions sexuelles sont constitués lorsqu’ils ont été imposés à la victime (…) quelle que soit la nature des relations existant entre l’agresseur et sa victime, y compris s’ils sont unis par les liens du mariage »

Le viol d’un partenaire constitue une circonstance aggravante.

A noter

Personne n’a le droit de vous imposer un acte sexuel que vous ne désirez pas, pas même votre partenaire au titre du « devoir conjugal ».

Quelles que soient les circonstances du viol ou de l’agression que vous avez subi(e), vous n’y êtes pour rien.

L’auteur des faits est le seul responsable.

Le coupable, c’est votre agresseur.

Nous sommes là pour vous :
Vous souhaitez vous confiez, parler de votre situation ?
Répondez à quelques questions pour rencontrer gratuitement un membre de notre équipe
Je souhaite en parler
D'autres fiches peuvent vous intéresser :
Ces autres rubriques peuvent vous parler

Violences conjugales

Suis-je victime de violences conjugales ?
Que dit la loi ? Comment me protéger ?
Comment me séparer et protéger mes enfants ?
Quelles aides puis-je obtenir ?