J‘AI BESOIN D‘AIDE
Nous vous orientons vers un professionnel
En cas d‘urgence, composez le 17
Commencer
j'ai besoin d'aide
Cacher le site

Vous souhaitez utiliser le formulaire d’aide en ligne

Quel âge avez-vous ?

Nous vous recommandons de joindre :

- La Maison des Adolescents du Littoral Est au 03.91.18.15.80

Ou

- le Fil Santé Jeunes au 0800 235 236

J’ai compris

Protéger la mère, c’est protéger l’enfant

Imprimer la fiche

Il y a un agresseur et deux victimes : le plus généralement la mère et l’enfant.

La Convention d’Istanbul* reconnait que :

« la violence domestique affecte les femmes de manière disproportionnée et les hommes peuvent également être victimes de violences domestiques ».

Par ailleurs, les études montrent que les femmes sont les principales victimes et les hommes les principaux auteurs des violences au sein du couple. Les hommes peuvent être également victimes.

C’est pourquoi, nous utiliserons plutôt « le parent victime », la mère et « le parent auteur », le père.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la violence conjugale touche tous les couples qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels.

 

Pour se développer et se construire, un enfant doit vivre dans un cadre familial sécurisant, structurant et chaleureux. Chaque enfant, en tant qu’individu, est impacté par les expériences qu’il vit à la maison.

Aujourd’hui, il est acquis, par les textes internationaux (la Convention du Conseil de l’Europe dite Convention d’Istanbul* entrée en vigueur le 1 novembre 2014, en France) et par la littérature scientifique, que parmi les violences auxquelles sont confrontées les enfants, figure l’exposition à des violences au sein du couple.

La Convention d’Istanbul* reconnait en effet que :

« les enfants sont des victimes de la violence domestique y compris en tant que témoins de violence au sein de la famille ».

Tous les spécialistes de cette question parlent d’enfants co-victimes estimant que les violences au sein du couple atteignent les enfants de manière directe et qu’ils ne sont pas de simples témoins.

 

Les violences auxquelles assiste l’enfant ont des répercussions graves notamment sur son développement, sa construction, sa santé, sa scolarité et sa vie sociale.

Le risque de reproduction de la violence existe pour ces enfants (du fait du psycho-traumatisme, de l’apprentissage par imitation en qualité d’agresseur et/ou de victime, de l’intégration du modèle de communication violente, …).

Les violences peuvent être commises pendant la relation de couple, au moment de la rupture voire après la fin de cette relation.

Les conséquences néfastes et le danger que représentent pour l’enfant les violences conjugales se poursuivent généralement après la séparation du couple.

La grossesse

Les femmes enceintes nécessitent une vigilance particulière. La grossesse est souvent un facteur déclenchant, révélateur et/ou aggravant des violences dans le couple.

Elles ont des répercussions particulièrement graves sur la santé de la mère et du fœtus (fausse couche, mort fœtale, naissance prématurée, retard de croissance, …).

 

* Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique dite convention d’Istanbul.
Nous sommes là pour vous :
Vous souhaitez vous confiez, parler de votre situation ?
Répondez à quelques questions pour rencontrer gratuitement un membre de notre équipe
Je souhaite en parler
D'autres fiches peuvent vous intéresser :
Ces autres rubriques peuvent vous parler

Violences conjugales

Suis-je victime de violences conjugales ?
Que dit la loi ? Comment me protéger ?
Comment me séparer et protéger mes enfants ?
Quelles aides puis-je obtenir ?