J‘AI BESOIN D‘AIDE
Nous vous orientons vers un professionnel
En cas d‘urgence, composez le 17
Commencer
j'ai besoin d'aide
Cacher le site

Vous souhaitez utiliser le formulaire d’aide en ligne

Quel âge avez-vous ?

Nous vous recommandons de joindre :

- La Maison des Adolescents du Littoral Est au 03.91.18.15.80

Ou

- le Fil Santé Jeunes au 0800 235 236

J’ai compris

Les violences psychologiques

Imprimer la fiche

Les violences psychologiques accompagnent toutes les autres formes de violences.

Elles installent une stratégie d’emprise destinée à dévaloriser la victime, à la priver de toute autonomie et à la convaincre de ses incapacités et de son infériorité par rapport à l’auteur des violences.

 

Parmi les violences psychologiques, il y a : 

  • Les violences verbales : injures, éclats de voix, menaces sur le partenaire et sur les enfants, etc., qui sont souvent banalisées par la victime.
  • Les violences sur la parentalité : dévalorisations du rôle de la mère, multiplication des actions en justice ayant trait à la garde, à l’autorité et à la visite des enfants spécialement lorsque l’agresseur montrait auparavant très peu d’intérêt à leur égard, enlèvement, infanticide, etc.

 

Exemples de violences psychologiques courantes : 

  • Intimidation, menaces
  • Chantage affectif
  • Isolement (avec interdictions de fréquenter des amis, des collègues, de voir la famille ou de parler avec des proches)
  • Dénigrement systématique
  • Harcèlement téléphonique
  • Ordres contradictoires
  • Propos méprisants, humiliation, dévalorisation
  • Menaces de mort (avec ou sans arme)
  • Destruction de biens (notamment ceux appartenant à la victime et auxquels elle tient)
  • Interdiction de sortir seule, de s’habiller de telle ou telle manière
  • Obligation de suivre le partenaire partout où il va
  • Contrôle systématique des sorties, des rencontres, des messages 
  • Obligation de dormir par terre
  • Interdiction de se nourrir ou de manger en famille
  • Ordre de pratiquer une Interruption Volontaire de Grossesse (IVG)
  • Interdiction de parler
  • Interdiction de se laver
  • Objet de la vie courante jetés sur la victime (télécommande, téléphone, vaisselle, etc.)

Le délit de harcèlement moral existe depuis 2014. Le partenaire violent peut être poursuivi, aujourd’hui, devant un tribunal correctionnel, pour des faits de :

« harcèlement du conjoint par des propos ou des comportements répétés ayant pour objet ou effet une dégradation des conditions de vie se traduisant par une altération de la santé physique et mentale de la victime ».

Nous sommes là pour vous :
Vous souhaitez vous confiez, parler de votre situation ?
Répondez à quelques questions pour rencontrer gratuitement un membre de notre équipe
Je souhaite en parler
D'autres fiches peuvent vous intéresser :
Ces autres rubriques peuvent vous parler

Violences conjugales

Suis-je victime de violences conjugales ?
Que dit la loi ? Comment me protéger ?
Comment me séparer et protéger mes enfants ?
Quelles aides puis-je obtenir ?